Kit de survie coronavirus et autres virus et bactéries

Plus l’épidémie avance plus on voit que les molécules chimiques sont soit inefficaces soit dangereuses. Plus on se rappelle comment on tuait les virus avant la chimie antivirale.
Et comment on tuait les bactéries avant les antibiotiques.

Auteur : Christian Bois
Sources : Travaux académiques listés dans le document global coronavirus

For English speaking people :
– link in bold blue are to WikiPedia articles or so
– some WikiPedia articles miss academic information about therapeutic use
– see academic references in the general article about coronavirus.

Dès les premiers symptômes

Il existe une centaine de virus genre « grippe »
Certains sont plus mortels que le coronavirus – tel le MERS.
On peut avoir été victime d’un effondrement immunitaire AVANT de rencontrer un virus -sans le savoir.
C’est à dire que l’on peut mourir de l’un quelconque des 100 virus – indépendamment des statistiques !!!
Il faut donc renforcer son système immunitaire ET attaquer le virus avec les huiles essentielles dès les premiers symptômes.

Renforcer le système immunitaire

Selon l’état de son système immunitaire, on prendra 3 ou plus de ces boosters de système immunitaire. Les doses sont indiquées dans les conditionnements.
Le nom de la plante, etc. est en caractère gras + lien pour anglophones
En dessous, les noms des auteurs de travaux académiques.

Echinacée phyto Echinacea Anglophone WikiPedia
Sadigh-Eteghad, Taylor, Turner, Karsch-Völk, Goel, Sachin, Zwickey, Brush

Bourgeon de cassis BlackCurrant Ribes nigrum
Gerbaka, Ashigai, Andrianne

Propolis Propolis
Sforcin, Wolska

Argent colloïdal Therapeutic silver
Sim

Champignons en gélules ou ampoules : Reichi/Lingzhi ganoderma lucidum, Cordyceps Cordyceps, Shiitake Shiitake lentinula, Maitake Maitake Grifola, etc.
Source : Wachtel-Galor, Schaeffer, Vetvicka

Astragale Astragalus qui booste le système immunitaire
Guobin, Liu JP, Gu, Huang, Yan, Liu ZG, Wu, Wang, Weng, Upton, Block, Zwickey, Brush, Xiaofei, NCCIH, AMR

Flos lonicera ou Lonicera japonica ou Lonicera macranthoides ou fleur de chevrefeuille
Liu

Tuer les virus dans le corps

Les tout premiers symptômes signent la présence de virus dans le corps.
Le corona aide les bactéries à se fixer sur les parois du poumon (Golda 2011)
Or dans un hôpital il y a beaucoup de bactéries et nombre d’entre elles sont mortelles.
Les huiles essentielles indiquées ci-après vont en même temps attaquer le virus et les bactéries.
Sans présenter les risques des antibiotiques.

Huiles essentielles
Ravintsara Ravensara
Blanchard

Eucalyptus radiata Eucalyptus radiata
Koziol, Pyankov

Tea tree Melaleuca alternifolia Tea tree Melaleuca alternifolia
Schnitzler, Pyankov, Garozzo

Niaouli Malaleuca quinquenervia Melaleuca quinquenervia
Panja, SFE

Laurier noble Laurus nobilis
Loizzo

Saro Cinnamosma fragrans
http://www.wikiphyto.org/wiki/Cinnamosma

L’origan Oregano Origanum vulgare est extrêmement efficace mais on en parle moins car, sur la durée, il est toxique pour le foie. Si l’on en maîtrise l’usage, il est à mettre en première ligne.

Posologie pour les huiles essentielles

L’idéal est de prendre conseil auprès d’un praticien qualifié dans l’usage des huiles essentielles.
Voir aussi WikiPhyto en particulier dans le cas – fréquent – où l’on ne peut pas être assisté par un praticien qualifié.

  1. Per os = par voie orale

On trouve en herboristerie et magasins « bio » des capsules d’huiles essentielles.
Voir posologie sur la notice.
Si l’on n’a pas de capsules, on prépare dans une petite bouteille un mélange à parts égales des huiles essentielles que l’on a choisi (1/2 part pour l’origan qui est très puissant).
On agite bien le flacon avant de mettre deux gouttes du mélange dans une cuillère de miel.
On mélange le miel et les gouttes essentielles.
A prendre matin et soir.

2. Voie cutanée

Trois gouttes du mélange d’huiles essentielles sur l’avant bras côté paume.
Frotter avec le poignet opposé pour bien faire pénétrer les HE dans la circulation sanguine.
Trois gouttes en haut de la poitrine et sur le cou.
Jusqu’à six fois par jour.
Ne convient pas aux femmes enceintes ou allaitantes, enfants et ados pré pubères, personne sous traitement médicamenteux, personne épileptique, personne avec hypertension, personne allergiques aux molécules aromatiques, personnes atteinte d’une maladie hormono-dépendante (et cancers associés), asthmatique.
Dans tous ces cas, consulter un praticien des huiles essentielles pour adapter les types d’huiles, les doses et les modes d’administration.

3. Inhalations
INHALATION SÈCHE
Mettre quelques gouttes d’huile essentielle sur un tissus et inspirer vivement.

INHALATION HUMIDE
Verser quelques gouttes d’HE dans un bol d’eau chaude (mais non bouillante) et en respirer la vapeur.

DIFFUSEUR

Diffuseur pour huiles essentielles

La chambre d’un malade atteint de virus et/ou de bactérie doit être en permanence alimentée en huiles essentielles

TECHNIQUES D’INHALATION

  • Utilisez un inhalateur ou « bricolez » un cône avec une feuille de matière plastique ou un filtre à café.
  • Versez en moyenne 5 gouttes d’HE dans de l’eau non-bouillante. Les HE n’étant pas solubles dans l’eau, elles vont flotter à la surface. Le volume d’eau n’a donc aucune importance. En revanche évitez de mettre trop d’HE.

QUELLES HUILES ESSENTIELLES POUR L’INHALATION ?

Dominique Baudoux, pharmacien fondateur de Pranarôm, préconise  :

  • 2 gouttes de Ravintsara, d’Eucalyptus radié ou d’Eucalyptus globulus
  • 2 gouttes d’Eucalyptus mentholé ou d’Inule Odorante
  • 2 gouttes de Tea Tree, de Palmarosa ou de Bois de Rose

4. Huile nasale

Dans un flacon vide de 30 ml en verre teinté, muni d’un embout nasal
HE laurier noble, Laurus nobilis 6 gouttes
HE ravintsara, Cinnamomum camphora CT 1,8 cinéole 6 gouttes
HE tea tree, Melaleuca alternifolia 6 gouttes

Huile douce genre nigelle, calendula, etc. 29,5 ml

Public visé par ces conseils
Patient qui n’a pas accès au service médical de son pays.
Patient pour lequel aucun traitement antiviral n’est proposé par le médecin.
Patient qui a décidé d’être le maître d’ouvrage de sa santé en particulier parce que son organisme est trop allergique / intolérant aux molécules « étrangères » issues de procédés de synthèse.
Ce patient doit se faire accompagner par un praticien qualifié en usage des huiles essentielles afin de vérifier la tolérance de son organisme. (1)
Se soigner comme indiqué ci-dessus doit se faire en parallèle au diagnostic médical qui permet d’identifier, en particulier, les co-morbidités.
(1) Les huiles essentielles peuvent présenter des risques toxiques, il est impératif que chaque utilisateur soit informé des bonnes pratiques de l’aromathérapie avant leur utilisation.

.

.

.

Source image : WikiMedia Diffuseur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s