Best off : la médecine qui suicide les patients, les élus qui les laissent mourir

Auteur : Christian Bois

La série : Best Off

Je suis bouleversé !
Un proche – appelons le Yann, me dit :
« J’ai un glaucome, le médicament de Big Pharma me rend malade comme un chien, je l’arrête. »
« Donc tu vas devenir aveugle … »
« Tout à fait, je m’adapte progressivement à la perte de ma vue. »

Je fais une enquête sur les traitements alternatifs – plantes, etc.
Le glaucome peut céder à un traitement par les plantes !

Ce n’est pas dans 100 % des cas mais la seule manière de s’en assurer est d’essayer.
J’en parle à Yann.
Il semble enferré dans un scénario que je connais bien pour l’avoir observé chez de nombreux patients.

Yann voit le monde
en mode polaire, binaire
Voir de monde en mode ternaire

Le mode binaire est le mode des religions et des partis politiques.
Soit tu es dedans, soit tu es dehors.
Si tu es dedans alors tu contribues au bien de l’humanité.
Si tu es dehors alors tu es animé par le diable.
Ce mode religieux-politique contamine la pensée de Yann et de tant de gens.
Il n’y a qu’à voir les titres des médias : bons contre mauvais !
Jamais de mode ternaire, jamais de complexité.

Dans le cas de Yann la troisième instance ce serait la phytothérapie pour son glaucome.

Mourir par le mode binaire

Comme je le disais, bien des patients ont une relation religieuse au système médical officiel.
Ils sont dans l’adhésion.
***
Mon premier métier est la réparation des machines.
Pour moi une thérapie est comme un processus de dépannage.
Je pense que j’ai la capacité à comprendre ma maladie et à penser sa réparation.
Dans ma vie j’ai eu un certain nombre de maladies à réparer, quasiment jamais je n’ai dû ma survie à Big Pharma.
Par contre, quand j’ai été déclaré « incurable », je m’en suis sorti par la troisième voie.

Les médecins sont coupables !

C’est ce que je pensais, c’est ce que j’écrivais quand j’étais plus jeune.
Aujourd’hui je pense que la responsabilité est partagée.
La construction d’un système de santé se fait par :
– les patients qui disent – devraient dire – leurs besoins
– les politiques
– les hauts fonctionnaires
– les systèmes d’assurance
– les médecins
– Big Pharma
– les acteurs de la santé par les plantes, etc.

Un exemple
Pendant longtemps on a opéré à la pelle les vieux de la prostate.
Les assureurs ont incité à des études statistiques.
On a découvert que les vieux pas opérés vivaient plus vieux que les vieux opérés.
La pratique des chirurgiens a totalement changé :
– moins d’opérations
– des opérations « pondérées »

Quand le problème n’est pas médical

Pour l’interdiction de la phagothérapie, j’ai montré que la folie se situait au niveau de la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn et de son équipe.
ANSM 2019 ANSM 2016

Pour le coronavirus et la non-information totale des patients sur la possibilité de guérir par la phytothérapie, là encore lourde responsabilité du gouvernement.
Kit de survie contre le coronavirus

Pour la fin de la prohibition de l’usage des drogues, là encore le gouvernement a été contre l’avis du comité multipartite.

Des élus aveugles

Nous sommes parti du cas de Yann qui ne voit pas d’autre choix que de se laisser envahir par la cécité.
Nous avons élargi la réflexion aux patients qui préfèrent se laisser mourir plutôt que de trahit le Dieu de la Médecine Allopathique et la Déesse Big Pharma.
Dans d’autres cas les patients meurent « simplement », juste parce que le Gouvernement laisse en place un système qui tue les patients.
Le Ministre Darmanin annonce en grande pompe qu’il va laisser crever les jeunes consommateurs de drogue.
Voyons comment fonctionne se système mortifère.
Le Ministre : « À partir du 1er septembre, tout consommateur de stupéfiants sera sanctionné par une amende importante, que ce soit pour une barrette de shit ou un gramme de cocaïne. Et ce sera vrai partout en France, dans les quartiers de Créteil comme dans le 16ème arrondissement de Paris. »
Sauf que pour le bourgeois des beaux quartiers la grosse amende est une petite amende. Sauf que l’éboueur de Tourcoing qui a passé sa journée à ramasser la merde de la famille Darmanin – si ! si ! – et qui fume un joint parce que la vie est vraiment dure il va pas pouvoir payer l’amende !!!
Alors, quand je lis du Darmanin de ce tonneau là de bon matin, ça me « travaille ». Comment est-ce que je peux faire mon artiste pendant que l’Autre continue le démontage de la République ?
J’observe les vertus du ruissellement – les bâtons en haut, les bastonnés en bas.
Du coup c’est moi qui ruisselle, j’ai envie de chialer sur le sort de l’éboueur de Tourcoing.
De chialer sur le sort de Yann.
De chialer sur le sort de ma voisine qui crève d’une bactérie qu’on pourrait tuer avec la phagothérapie.
Que faire ?
Le mardi premier septembre 2020 à 09:47 j’interpelle tous les députés et sénateurs de France – par mail.
D’habitude, les élus ne répondent qu’après plusieurs campagnes de mail.
Campagne 1 Réaction : Qui c’est celui là ?
Campagne 2 Réaction : Encore lui !
Campagne 3 Réaction : M’enfin, qu’est-ce qu’il nous veut ?
Le premier septembre 2020 c’est exceptionnel !
Un député me répond sur le champ – on va l’appeler Olivier Louis :
Cher Christian est ce que vous votez ?
Je vous dis cela car la légalisation du cannabis est un problème politique.
Or tous les députés qui sont élus sont pratiquement tous contre.
Cherchez l’erreur.
Cordialement O.L.

Je réponds à ce charmant député :
Cher Olivier,
Oui je vote !
Et je m’interroge : Pourquoi les députés sont-ils contre la fin de la prohibition de l’usage des « drogues » alors que la prohibition tue des enfants ?
Soit les députés sont ignobles, soit ils sont mal informés.
Qui informe les députés ? L’université et l’école.
Donc il y a un problème d’université et d’école. Qui décide de l’université et de l’école ? Le gouvernement + les députés.
On dirait que ça se mord la queue.
Alors peut-être qu’il y a besoin de « quelque chose » en dehors du système, à la frontière du système.
Je fais partie de ceux qui agissent à la frontière du système.
« Nous vivons une époque moderne ! »
Cordialement,
Christian

Olivier me répond.
Cher Christian,
Le problème est que cette affaire clive.
Elle n’est pas que le reflet d’un problème médical.
C’est un problème de société et de la vision de cette société.
Il n’y a pas si longtemps l’homosexualité était pénalisée et la consommation d’alcool conseillée aux femmes enceinte et qui allaitaient.
Certes il y a une méconnaissance.
Mais c’est presque un tabou pour certains.
Darmanin, quant à lui, joue avec la prohibition pour des raisons électoralistes.
Je sens en plus un retour à l’ordre moral et les Macronistes n’y sont pas pour rien.
Bon courage dans votre combat !
Cordialement.
Olivier Louis
P.S. : Une étape va être franchie avec le cannabis thérapeutique mais ce ne sera qu’une étape.

Je jette un coup d’oeil sur quelques interventions de députés et de sénateurs sur le sujet. La lecture est édifiante.
Les opposants à la fin de la prohibition font des « fixettes ».
Fixette sur les jeunes
En réalité toutes les générations sont concernées.
Par exemple les gens qui ont fait mai 68 et préfèrent fumer un joint plutôt que de boire de l’alcool.
Fixette sur les hommes
Bien des femmes préfèreraient être cool avec un peu de cannabis que shootées aux médocs de Big Pharma.
Fixette sur les banlieues
En vrai, toutes les catégories sociales sont concernées.
Fixette sur le cannabis récréatif
Le cannabis a des effets très différents selon les qualités et les doses.
Depuis un vague « planning » jusqu’à des voyages sévères.
Parler du cannabis est un bon moyen pour ne « rien dire », pour faire l’autruche sur les vraies questions.
Les vraies questions étant celles de la multiplicité des types d’usagers, de la multiplicité des besoins, de la multiplicité des dispositifs nécessaires.
Il faudrait qu’au plus haut niveau comme au quotidien on réfléchisse.
Il faudrait que se concertent tous les acteurs – police, justice, action sociale, éducation, santé, etc..
Mais pour ça il faut un chef d’orchestre national et des chefs d’orchestres locaux.
En bref, un Premier ministre avec une compétence et des couilles et des préfets avec une compétence et des couilles.
Monsieur Bois, vous êtes un doux rêveur !
Oui Monsieur !
Quand Darmanin cogner et taxe l’éboueur de Tourcoing, j’aime pas !

Quand je propose à certains élus de réfléchir, de penser la vraie question qui se nomme MORT de jeunes et de moins jeunes ceci donne cela :
Moi : La prohibition tue des jeunes.
L’élu : Dans l’Oklahoma … bla bla.
Moi : Demain un de vos voisins va mourir à cause de la prohibition que vous maintenez. L’élu : La mafia …bla bla.
Moi : Après-demain un membre de votre famille va mourir à cause de la prohibition.
L’élu : Un pays civilisé … bla bla.

Si je posais à cet élu une question de pêche à la ligne, l’élu me parlerait de poisson.
Si je lui parle de la mort de quelques concitoyens, il fait diversion.

Je suis en terrain familier puisqu’en 2019 ça donnait :
Moi : Chaque année des milliers de Français meurent parce que la phagothérapie (une thérapie naturelle) est interdite en France.
L’élu : Les experts du Ministère de la santé … bla bla.
Moi : Demain votre voisin va être tué par une bactérie multirésistante aux antibiotiques.
L’élu : Les laboratoires … bla bla.
Moi : Après-demain un membre de votre famille va se faire couper la main.
L’élu : Le phages …bla bla.

C’est ainsi que je découvre que certains élus peuvent discourir pendant des heures, écrire des pages de rapport, sans jamais dire ou écrire le mot dont il s’agit : la mort des concitoyens.

Au début 2020, dialogue avec une sénatrice :

Moi : Des milliers de Français meurent parce qu’on ne les informe pas sur la phytothérapie contre le coronavirus.
La dame : Raoult …bla bla
Moi : Demain votre voisin va mourir faute d’information sur la phytothérapie contre le coronavirus.
La dame : Les grands laboratoires pharmaceutiques … bla bla
Moi : Après demain un membre de votre famille va mourir du coronavirus faute de savoir sur la phytothérapie idoine.
La dame : En Chine … bla bla

Comment est-ce possible ?

Le patient a donc le choix.
Dans le meilleur des cas il meurt de bactérie, de coronavirus, de manque de soin parce qu’il est consommateur de drogue.
Dans le pire des cas il doit décider de son suicide parce qu’il n’y a que des solutions infernales.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s