Best off : Chamanisme, compagnons de vie, compagnons de passage

Illustration : Une marotte de chamane, un peu Loup, un peu Renne à cornes, un peu Saurien par dessus

Ante scriptum : Le lendemain de l’écriture de cet article je me réveille avec quelques réflexions sur le bout des doigts.
Un moteur de cette écriture a été une palette d’émotions.
Mais ne nous trompons pas.
En amont il y a la décision radicale que l’on peut caricaturer ainsi :
« Le cobaye du Laboratoire de Christian Bois c’est Christian Bois.« 
Et cette décision radicale je l’ai prise avant d’écrire ma thèse de doctorat en 2005.
Sauf qu’à l’époque je n’ai pas trouvé de laboratoire universitaire qui puisse accueillir un travail partant d’une telle radicalité.
En 2020 et années suivantes – si Dieu me prête vie, comme disait ma grand-mère avec son accent occitan – je vais d’abord écrire la thèse et après je chercherai le labo.
Ici, « être le cobaye » c’est à la fois être le patient à sauver et être le médiateur avec l’autremonde du paradigme chamanique.
Type de travail totalement irréalisable par un jeune chercheur.
Travail réalisable par un vieux chercheur parce qu’il peut laisser sa pudeur au vestiaire du labo.

Auteur : Christian Bois

La série : Best Off

Je n’ai pas d’idée générale sur le chamanisme.
J’ai une pratique du chamanisme premier, créatif, inventif, joueur.

Le 7 novembre 2006 une maladie « inconnue de la médecine » – dixit un grand professeur – me tombe de dessus.
Sacré coup !
A ma grande surprise, mon environnement est prêt à accueillir cet événement.
Une amie, Hélène, me dit : « Va voir TM, c’est un bon chamane !« 
Je savais vaguement qu’Hélène était « là dedans ».
Ma fille me dit : « Va voir TJ, c’est un bon chamane !« 
Je ne voulais pas savoir que ma fille était « là dedans ».
Ce qui se passe dans la séance avec chamane est massivement hors-conscient.
Très difficile à décrire.
On peut juste, parfois, décrire le « miracle ».
Genre : « En 2016 nouvelle « attaque », nouvelle maladie pour laquelle la médecine se dit incompétente. Alors j’arrive chez TM. Je marche difficilement avec deux cannes. Je ressors de chez TM avec les deux cannes … sous le bras.« 
Faute de pouvoir raconter le chamanisme je commence à écrire sur ce que je nomme auto-chamanisme – selfshaman.com.
Plus tard je découvrirai la thèse de doctorat de Mike Williams, publiée en anglais : remarquable.
Et aussi la thèse non publiée d’un chamane qui veut rester discret.
***
Nous sommes au temps des peintures de Lascaux et les millénaires précédents.
Quelques très rares chamanes d’aujourd’hui sont dans cette même dynamique.
Dans le chamanisme premier il n’y a pas de rituel.
Rituel veut dire répétition.
Le premier chamanisme est en train d’inventer, il n’y a rien avant lui à répéter.
Rituel veut dire règle et interdit de la transgression de la règle.
Le premier chamanisme n’a pas de règles antérieures qui pourraient être suivies ni de règles qui définissent des interdits pour la pratique « médicale » du chamanisme.
Le chamanisme premier est essentiellement créatif.
***
Ce qui est présenté comme chamanisme est très souvent le folklore des maîtres du rituel.
Le paradigme du maître du rituel est un post-chamanisme.
Danses très codifiées, univers imaginaires très normés.
Le maître du rituel est le chamane des société sédentaires.
Je chamanisme premier c’est du blues, du jazz.
Certes il y a quelques grilles mais l’essentiel est improvisé.
Comme est improvisée la vie du chasseur premier dans un monde inconnu.
***
Dans le premier Best off sur l’hypnose thérapeutique je parlais de Milton Erickson.
C’était un chamane premier qui inventait « son » hypnose thérapeutique.
Il a été vivement attaqué par les hypnotiseurs « avec règles et rituels ».
Un chamane avec règles et rituels n’est plus un chamane, c’est un maître du rituel.
Même si 99 % des auteurs continuent à l’appeler chamane.

Le chamanisme de l’homme seul

Mon expérience est celle de l’homme seul face à la maladie et à la mort.
La condition nécessaire pour être seul est d’avoir été élevé sans métaphysique – comme le dirait Nietzsche.
J’ai été élevé sans métaphysique : « ni Dieu ni Maître« .
Mon Père disait : « Je ne peux pas être franc-maçon, ils prêtent serment sur la Bible !« 
La solitude sans métaphysique c’est parfait mais quand on commence à penser à la fin …
Quand Nietzsche pense à la fin il s’invente un compagnon de route, Zarathoustra.
Pour l’homme sans métaphysique il faut un compagnon de route pour le passage entre l’univers de la vie et l’autremonde.
Dans le défi de la maladie il y a deux voies, celle de la guérison et celle de la mort.
Un guide pour trouver la bonne voie ça peut être pas mal …

Faire comme si

Ce que je viens d’écrire implique :
– l’autremonde des chamanes n’est pas métaphysique
– les esprits des chamanes – guide de savoir éolien (d’en haut) et esprit de pouvoir chtonien (d’en bas) ne sont pas métaphysiques.

L’autremonde du chamane est parallèle au monde réel

Vaihinger – à la suite de Kant – a décrit le processus mental du « comme si ».
Le chamane et sont patient font « comme si » il y avait un autremende.
La question de savoir si l’autremonde est vrai est une question de maître du rituel – post-chamane.
Le chamane se moque totalement de la vérité !

Un chamanisme très simple et très pratique

L’auto-chamane prend des grilles très simples et il improvise.

Auto-chamanisme actif

Il y a toute une palette d’actions possibles.
Taper sur des objets « musicaux » – tambour, bol chantant, cymbale.
Taper sur des objets quotidiens : bloc de bois, ustensile de cuisine ancien, planche à laver, etc.
Chanter : healingconcerto.com
Danser, respirer avec hyperventilation, consommer des substances enthéogènes, etc.
Pour la consommation d’enthéogènes il faut mettre en place un « garde fou » au sens premier du terme – genre un assistant costaud.

Auto-chamanisme passif

Soit j’ai un assistant qui tape sur le tambour, le bol, etc.
Soit je lance l’enregistrement d’un tambour, bol, etc.

Quand l’esprit se fait sentir

Quand un être humain s’installe authentiquement dans l’univers chamanique que je viens de décrire – actif ou passif – il y a nécessairement un « truc » qui se passe.
Dans l’univers du maître du rituel dont j’ai parlé :
– l’esprit est très lié au groupe
– l’esprit est « noble » – aigle, ours, renne, etc.
Dans l’univers du chamane premier, l’esprit est « modeste » … et puissant.
Une histoire récente
Plus j’avance en âge plus je suis intensément claustrophobe.
L’explication est simple.
L’être humain imagine inconsciemment sa sortie de la vie comme il a vécu son entrée dans la vie.
Je suis entré dans la vie « à l’envers » le cul en premier, la tête en dernier.
J’était asphyxié, violet.
Je ne peux imaginer ma sortie de la vie que « pire ».
En 2020, un médecin me demande de faire un scanner.
Je prends mes précautions, je trouve un grand scanner.
Cependant, une fois engagé dans le trou, la panique pointe son nez.
Dans la salle d’attente je relisais l’excellent bouquin de Mike Williams sur l’auto-chamanisme dont j’ai déjà parlé.
Dans le trou du scanner, je demande si un esprit voudrait bien m’aider, sinon je vais partir en courant.
A ma droite, contre moi, se manifeste Taupe ; elle a la taille de mon Nounours quand j’étais gamin.
N.B. : Pour parler d’un esprit on ne dit pas « une taupe » puisque ce n’est pas … une taupe.
Donc on dit/écrit « Taupe ».
Taupe est experte en trou, elle est exactement l’esprit … inspirant dont j’ai besoin.
Je commence à sortir du processus de panique.
Du coup, je peux avoir une idée : fixer des yeux la minuscule lumière qui clignote en haut du trou.
Un médecin me dit : « On aurait pu vous donner un anxiolytique !« 
Telle est la médecine « moderne » scientifique » « rationnelle » !!!
Sa recette : couper le patient de son vécu, de son émotion, de son expérience.
Traiter le cerveau comme un tableau électrique où l’on débranche la fonction « panique ».
Avec une molécule chimique dangereuse !!!
Je préfère Taupe : on se moque de moi mais c’est moins dangereux que Big Pharma.
Et puis, avec Big Pharma, il n’y plus de littérature !!!
Imaginons ma biographie avec BigParma.
Une opération faite sous auto-hypnose
Littérature Big Pharma : « j’ai pris un cachet et je me souviens de rien« 
Une phobie des avions
Littérature Big Pharma : « j’ai pris un cachet et je me souviens de rien« 
Un scanner
Littérature Big Pharma : « j’ai pris un cachet et je me souviens de rien« 

L’esprit est dans la langue

Pierre te dira : « Je suis entré en chamanisme !« 
Paul te dit : « Je refuse d’entrer en chamanisme !« 
Savent-ils de quoi ils parlent ?
Le chamanisme c’est pas un truc « ailleurs » en Mongolie ou chez les Algonquins du Canada.
Le chamanisme c’est ici et maintenant dans MA pensée « primitive » et dans MA langue.
Donc dans TA pensée « primitive » et dans TA langue.
La langue dit : « Le poète, l’inventeur, le créateur est inspiré.« 
En disant cela, la langue dit : « Il existe quelque chose que l’on nomme esprit = souffle qui « inspire » !!!« 
La langue dit : « Ce garçon a beaucoup d’esprit !« 
La langue dit : « Quand j’ai choisi ce modèle, j’ai pas été inspiré.« 
Le chamanisme dont je parle c’est juste ne pas laisser les choses se passer au niveau de la langue et au niveau du non-conscient.
Le chamanisme c’est matérialiser ce que dit la langue, ce qui se tricote dans la pensée.
Exemple
Dans un rêve, Petit bison vient contre moi.
Au lieu de traiter Petit bison par le mépris j’achète une figurine de jeune bison.
Je fais cela juste comme le faisaient les chamanes des 4 coins de l’Europe au temps de Lascaux. On a retrouvé leurs figurines.
Dans 30 mille ans, est-ce qu’on retrouvera ma figurine ?

Figurine de jeune bison

Une figurine c’est fait pour « bosser », pas pour rigoler !
Tout ce passe comme si c’était Petit bison qui faisait le boulot.
C’est comme sa camarade Taupe qui a la missions que je ne parte pas en courant pour fuir le scanner !!!
Parmi les milliers de rêves possibles voilà que se pointe Petit bison.
Un hasard ?
Des semaines plus tard je réalise que j’ai une cyphose = une bosse en haut du dos.
Curieux ! Petit bison a la même bosse dans le dos …

Abandonner la maîtrise des événements

Je vais être très caricatural : Tous mes camarades qui ont voulu être dans le paradigme de la maîtrise se sont suicidés ou sont morts d’un cancer.
La nature première de l’humain est son impuissance.
Impuissance face aux « coups du sort », face à la maladie et à la mort.
La science c’est l’invention d’une pseudo puissance sur les événements.
La science à laisser crever mon ami Alain : il s’est suicidé !
La raison c’est l’invention d’une pseudo puissance.
Longue liste des camarades qui ont confié leur cancer à la raison médicale et qui sont morts.
Et il ne faudrait pas croire que j’ai la moindre amertume, la moindre rancune vis à vis de la science et de la raison.
Quand un Français se plaint de son gouvernement je lui rappelle :
« Les Français ont le gouvernement qu’ils méritent !« 
Et j’ajoute :
« Les Français ont le record d’Europe de l’abandon d’animaux domestiques.« 
« Les Français ont les gouvernements qui les trahissent le mieux. »
Coïncidence ?
Mais revenons au paradigme chamanique.

Fuir ou jouer ?

Paul refuse d’accorder la moindre valeur à un rêve même si ce rêve est révélateur d’une réponse existentielle.
Par exemple le rêve avec Petit bison est révélateur de ma réponse existentielle : comment j’ai appris à vivre avec une bosse – j’ai inventé un poste de travail pour cyphosé.
Paul refuse de se faire aider – par Taupe par exemple.
Paul préfère se faire débrancher le cerveau par un anxiolytique.
Quand j’étais plus jeune j’étais – un peu – comme Paul.
Et puis les maladies et les accidents m’ont fait découvrir que j’étais totalement seul face au trauma physique et émotionnel.
Les médecins me répétant « Monsieur Bois, on ne peut rien pour votre truc !« 
***
Et puis mes 40 ans sont arrivés.
De manière extraordinairement inattendue on m’a demandé d’animer, à l’hôpital, des stages sur le jeu, le conte, le clown-théâtre.
J’ai découvert ainsi la solitude des patients.
J’ai découvert l’immense solitude des soignants.
Ils m’ont demandé de les aider à se réapproprier le jeu, le conte, le rire, le burlesque, la folie du clown.
Je leur ai parlé du clown guérisseur chamanique.
Je leur ai parlé de la pensée bicamérale – c’est dans ce texte que je parle de la fonction de la marotte.
Et maintenant c’est moi qui suis à la fois le patient et le soignant.

Source : WikiMédia Аркадий Зарубин

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s